Gabriel Souleyka écrivain

26 février 2020

Le Cri de l'innocence

La Faim

Dans le roman il y a un personnage omniprésent qui torture sournoisement la majorité des personnages. Il s'agit de la Faim.

Une faim douloureuse et terrifiante, si bien que vous la sentirez passer au fil des lignes.

On demandait un labeur du lever au coucher du soleil avec des temps de pause ridicule et un rendement obligatoire industriel.

Dans ces conditions, un humain moyen a besoin d'augmenter son apport calorique de façon significative. Environs 3000 calories soit 3 repas journalier apportant de la protéine donc de la viande où du poisson.

Mais nous sommes en 1790, les escalves de Guadeloupe ne bénéficient que d'un maigre régime pauvre en calorie, très pauvre.

Les maîtres avaient pour habitude d'économiser constamment sur les escalves et la nourriture représente un poste de dépense important. L'habitude de rationner ses travailleurs va s'installer sur l'île, leur mettre un lopin de terre a cultiver en dehors du temps de travail bien sur, va devenir la norme.

Les Esclaves cultivent comme ils le peuvent quelques maigres racines et agrémentent de pois et de rares féculents. Les Marrons aussi souffrent continuellement de la faim car l'élevage pose problème pour la mobilité ainsi que les champs cultivable.

Dans le roman on sent combien cela pose problème et combien Solitude est rancunière quand elle devra assurer des services domestiques sur la table des maîtres où l'opulence domine. En France les paysans crèvent de faim mais en Guadeloupe les colons tout-puissant ont le ventre grassement rempli, au point de régulièrement jeter les restes aux domestiques qui iront s'engraisser au détriment des Esclaves des champs. 

Ainsi est la vie de l'esclave, la faim permanente, comme dit dans l'extrait "tellement qu'on mangeait de la terre", noter que dans le roman vous découvrirez avec effroi le sucide par l'absorption massive de terre. 

La Faim est sans pitié dans le Cri de l'innocence.

Hunger

 In the novel there is an omnipresent character who slyly tortures the majority of the characters.  It is Hunger.

 A painful and terrifying hunger, so much so that you will feel it pass over the lines.

 We asked for labor from sunrise to sunset with ridiculous break times and mandatory industrial output.

 Under these conditions, the average human needs to increase their calorie intake significantly.  Around 3000 calories or 3 daily meals providing protein, therefore meat or fish.

 But we are in 1790, the escalades of Guadeloupe benefit only from a meager diet low in calories, very poor.

 The masters used to save constantly on the stairs and food represents an important item of expenditure.  The habit of rationing its workers will settle on the island, putting them a piece of land to cultivate outside working hours of course, will become the norm.

 The Slaves cultivate, as they can, some meager roots and decorate peas and rare starchy foods.  The Chestnuts also continually suffer from hunger because animal husbandry poses problems for mobility as well as cultivable fields.

 In the novel we feel how problematic this is and how resentful Solitude is when it has to provide domestic services on the master table where opulence dominates.  In France the peasants are starving but in Guadeloupe the almighty settlers have their belly full, to the point of regularly throwing the remains at the servants who will fatten themselves to the detriment of the Slaves of the fields.

 So is the life of the slave, permanent hunger, as said in the extract "so much that we ate of the earth", note that in the novel you will discover with horror the sugar by the massive absorption of earth.

 Hunger is merciless in the novel.

Posté par gsouleyka à 01:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


25 février 2020

Le Cri de l'innocence

Fuir

Cette photo est un original quelques années avant l'abolition. L'expression de ces deux femmes est figées durablement et sont sujette à toutes les interprétations possible, on lit dans leurs yeux une détresse très humaine. leurs chaussures sont... dérisoires, ce sont nos soeurs.

Le destin a voulut que cela coïncide avec le roman. 

La Mulâtresse Solitude est née, fruit d'un viol sur sa mère africaine durant la traversée, dans une case poussiéreuse de l'habitation Clermontois en Guadeloupe.

Vous allez découvrir son enfance et son tempérament fougueux.

Mais déjà elle ne veut pas de cette vie d'esclave! La liberté est naturelle selon elle, pourquoi elle doit servir des étrangers ?

On lui propose à cause de son teint d'être domestique, il y a des avantages indéniables, une meilleure nourriture, des habits décents car les maîtres ne veulent pas être servit par des souillons. Puis le privilège d'être engrossée par le maître et d'améliorer durablement sa situation.

Solitude n'en a que faire, sa résolution est désormais ancré, dans le roman lorsque une autre esclave l'interroge sur les possibilités, sa réponse est sans appel : FUIR.

l'autre essaye de débattre car elle ne veut pas perdre un pieds où les oreilles mais Solitude ne varie pas : FUIR.

Les chasseurs sont sans pitié avec les fuyards comme vous le lirez, les colons se montre tout aussi cruels et cela aussi vous le lirez.

Mais en définitive, nous serons admiratif devant tant de détermination et de courage. 

La fuite n'est pas un choix facile à l'époque mais vous verrez que Solitude ne fait rien dans la facilité.

RUN

This photo is an original a few years before the abolition.  The expression of these two women is permanently frozen and are subject to all possible interpretations, we read in their eyes a very human distress.  their shoes are ... derisory, they are our sisters.

 Fate wanted it to coincide with the novel.

 La Mulâtresse Solitude was born, the fruit of a rape on her African mother during the crossing, in a dusty hut of the Clermontois dwelling in Guadeloupe.

 You will discover his childhood and his fiery temperament.

 But already she does not want this slave life!  Freedom is natural according to her, why should it serve strangers?

 It is proposed to him because of his complexion to be domestic, there are undeniable advantages, better food, decent clothes because the masters do not want to be served by sluts.  Then the privilege of being embroiled by the master and lastingly improving his situation.

 Solitude has nothing to do with it, her resolution is now anchored in the novel when another slave questions her about the possibilities, her answer is final: FLEE.

 the other tries to debate because she does not want to lose a foot where the ears but Solitude does not vary: FLEE.

 The hunters are merciless with the fugitives as you will read, the colonists are just as cruel and that too you will read.

 But ultimately, we will be in awe of so much determination and courage.

 Escape is not an easy choice at the time, but you will see that Solitude does nothing in ease.

Posté par gsouleyka à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 février 2020

Le Cri de l'innocence

Génocide 

L'esclavage, qu'on nomme communément "Traite négrière" aura concerne des millions d'individus à une échelle jamais égalée.

Les quelques extraits que j'ai mis donne la mesure mais dans ce roman une chose me tenait à coeur. La notion d'humanité et donc l'aspect génocidaire.

t-ce que c'est un génocide ?

La définition basique du génocide est la suivante : Un crime consistant en l'élimination physique intentionnelle, totale ou partielle, d'un groupe national, ethnique ou religieux, en tant que tel, ses membres sont détruits ou rendus incapables de procréer en raison de leur appartenance au groupe.

La Traite négrière répond il à cette définition ? Objectivement.

Lorsque la traite a commencé en 652, le projet initial était de vider l'Afrique des individus de couleur noire. En les castrant, les exploitants jusqu'à la mort et les enrôlant dans les armées.  De ce point vue l'intention est manifeste. Au fil des siècles cela s'est mué en un commerce lucratif et l'esclavage des noirs est devenu une norme.

Dans le roman ceci est énoncé de différentes façons. 

Au 15ème siècle l'arrivée massive des européens par l'intermédiaire des comptoirs va changer la donne, je le développe aussi dans le roman. La volonté d'exploitation économique va encourager la déportation de milliers de personnes avec un taux de mortalité à la traversée dépassant les 60%. 

Peut on parler de génocide ?

Dans la mesure où la déportation massive empêche le renouvellement de population ainsi que le nombre élevé de tué, des villages entiers qui sont rasés pour un maigre profit, on entre de plein pied dans une phase génocidaire.

La traite va durer des siècles et totalement appauvrir le continent africain et affaiblir l'ensemble des sociétés africaines.

C'est par la durée que la dimension génocidaire prend de l'ampleur.

Pas un seul noir n'est arrivé aux Antilles de son plein gré, non pas un seul.

Quand à ceux disant que ce génocide est de la responsabilité des africains en partie,j'apporte une réponse très claire dans le roman en étant parfaitement réaliste. 

La Mulâtresse Solitude a les mêmes interrogations, comment ces millions de noirs ont pu être déporté par quelques centaines de blancs, même porteur de fusils, accompagné d'éclaireurs noirs?

C'est une question complexe à laquelle j'ai apporté une proposition de réponse dans le roman. Il ne s'agit pas pour moi de vous encourager à me lire en vous disant d'aller voir mais c'est si complexe qu'il m'aura fallut plusieurs chapitres et une certaines pédagogie pour arriver à ce que je considère une réponse cohérente. 

En tout cas, comme sur l'illustration et d'autres en dessous, il s'agit bien d'humains, de personnes et ces outils de tortures divers et variés qui tiennent bonne place dans le livre n'avaient pas d'autres utilités que de soumettre par la peur des personnes totalement innocente de tout crimes.

Genocide

 Slavery, commonly known as the "slave trade", has affected millions of people on an unprecedented scale.

 The few extracts that I put give the measure but in this novel one thing was close to my heart.  The notion of humanity and therefore the genocidal aspect.

 is this genocide?

 The basic definition of genocide is as follows: A crime consisting in the intentional physical elimination, total or partial, of a national, ethnic or religious group, as such, its members are destroyed or rendered incapable of procreating because of  their group membership.

 Does the slave trade meet this definition?  Objectively.

 When trafficking began in 652, the initial project was to empty Africa of black people.  By castrating them, exploiting them to death and enlisting them in the armies.  From this point of view the intention is manifest.  Over the centuries this has turned into a lucrative business and black slavery has become the norm.

 In the novel this is stated in different ways.

 In the 15th century the massive arrival of Europeans via the counters will change the situation, I also develop it in the novel.  The will to economic exploitation will encourage the deportation of thousands of people with a mortality rate on crossing exceeding 60%.

 Can we talk about genocide?

 Insofar as the massive deportation prevents the renewal of population as well as the high number of killed, whole villages which are razed for a meager profit, one enters full foot in a genocidal phase.

 The trafficking will last for centuries and will totally impoverish the African continent and weaken all African societies.

 It is through duration that the genocidal dimension gains momentum.

 Not a single black man arrived in the West Indies of his own free will, not one.

 As for those who say that this genocide is partly the responsibility of Africans, I bring a very clear answer in the novel by being perfectly realistic.

 La Mulâtresse Solitude has the same questions, how could these millions of blacks have been deported by a few hundred whites, even carrying guns, accompanied by black scouts?

 It is a complex question to which I have proposed a response in the novel.  It is not for me to encourage you to read me by telling you to go see but it is so complex that it would have taken me several chapters and some pedagogy to arrive at what I consider a coherent answer  .

 In any case, as in the illustration and others below, it is indeed humans, people and these various and varied tools of torture which hold good place in the book had no other utility  than submitting through fear of people completely innocent of any crimes.

Posté par gsouleyka à 19:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 février 2020

Le Cri de l'innocence

Les personnages : Marthe Rose dit Toto

Je poursuit ce week-end avec la présentation des personnages emblématiques du roman.

J'ai crée des visuels originaux que j'estimais adaptés à ces grandes figures.

Il s'agit ici d'une héroïne anonymes, presque oubliée en la personne de Marthe Rose.

C'est la compagne de Louis Delgres, elle est libre tout comme lui et n'accepte pas que ses frères et soeurs noires soient floués par la France en 1794 qui a promis l'abolition. La révolution française a libéré le pays de l'injustice sociale et du despotisme, il est légitime que les escalves qui sont les expressions même de la tyrannie puissent retrouver la liberté. Dans le roman vous allez faire connaissance avec cette personnalité attachante. Son courage est sans équivoques, volontaire et toujours souriante, sa présence est le plus bel exemple d'abnégation qui soit. Son compagnon est colonel, elle aurait pu en profiter et jouir de statut social, elle a préféré l'engagement ultime par une lutte acharnée.

Sa fin est bouleversante, bien qu'elle soit connu de l'histoire je vous invite a lire son destin dans le Cri de l'innocence.

Repose en paix Marthe Rose qu'on appelait affectueusement Toto

Posté par gsouleyka à 12:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le Cri de l'innocence

Personnage : Victorin

Le Cri de l'innocence c'est un condensé d'émotions allant du rire aux larmes. Vous allez découvrir l'intrépide et jeune Victorin.

La Mulâtresse Solitude en fait son ami très rapidement puisqu'ils ont le même âge. Esclaves tout les deux, leurs innocence ne les protègent pas de la violence des colons.

Il me tenait à coeur de monter la vie des enfants soumis à l'esclavage. Contrairement à des idées reçues ces petits travaillaient très tôt. souffrant aussi continuellement de la faim comme les grands, mais le.plus tragique demeure les châtiments infligés.

Pour une faute aucune distinction liée à l'âge! Un enfant n'atteignant pas son quota était fouetté comme un adulte, volant un oeuf, essayant d'améliorer la case par l'ajout de paille autant de supposés délits anodins.

Victorin est un rêveur espiègle, il est sur de pouvoir s'enfuir dès qu'il en aura la force et l'âge. Mais comme vous le constatez il sera brisé avant l'heure. Sa disparition douloureuse affectera durablement notre héroïne. Les Chasseurs sont sans pitié et ne gagnent leur vie qu'en ramenant les oreilles où les cadavres des Esclaves en fuite. Victorien vous fera sourire puis vous fera pleurer car tel était le destin d'un enfant à cette époque.

Repose en paix petit Victorin

Posté par gsouleyka à 12:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


22 février 2020

Le Cri de l'innocence

Les personnages : Gilbert dit le Grand

Je poursuit ce week-end avec la présentation des personnages emblématiques du roman.

J'ai crée des visuels originaux que j'estimais adaptés à ces grandes figures.

Il s'agit ici d'un homme simple en apparence mais à la personnalité belle et complexe. 

Gilbert est né en Guadeloupe, esclave à  la naissance, il appartient à Jean Clermontois. 

C'est lui qui va prendre Ayo, la mère de Solitude, sous son aile car sur l'habitation c'est le référent. Pour Solitude il incarne l'image paternelle.

Respecté par l'ensemble de sa communauté, son autorité est indiscutable. 

Dans le livre il est présent à des moments cruciaux comme la naissance de Solitude et d'autres plus sombres. 

Sa bravoure se situe dans le fait qu'il n'aura jamais pris le marronage ni la fuite. 

Non pas par lâcheté mais par souci des plus faibles, de tout ceux incapable de quitter cette existence de malheur. 

Vous le verrez au fil des chapitres s'interposer lors des châtiments, tenter chaque fois de défendre jusqu'à l'indéfendable. 

C'est la force du Grand, qui font de lui un personnage essentiel.

Sa fin est d'une tristesse infinie que vous découvrirez avec émotions dans le Cri de l'innocence.

Repose en paix Gilbert avec ton surnom mérité "Le Grand".

Posté par gsouleyka à 18:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le Cri de l'innocence

Les personnages : LUKENGO

Ce week-end, je vous dévoile quelques personnages emblématiques du roman.

J'ai crée des visuels originaux que j'estimais adaptés à ces grandes figures.

Le brave Lukengo apparaît dans l'histoire après qu'on se soit largement familiarisé avec Solitude et tout son environnements.

Il est né en Afrique, dans le royaume Kongo!

C'est un guerrier délite au caractère bien trempé, difficile de le maintenir captif dans ces conditions. En Afrique, lorsque les esclavagistes attaquent son village il le défend farouchement mais doit capituler face aux nombres. Il se soumet afin de ne pas abandonner les survivants, c'est une prise de choix pour les négriers.

Durant la traversée, il observe, analyse ce qu'il considère désormais comme un ennemi.

Dans son esprit il est en guerre, vous lirez la façon audacieuse de s'enfuir et tout ce qui va lui arriver. Sa mort s'est fait dans le fracas et la fureur, jusqu'au bout il a incarné cette devise devenue sienne : VIVRE LIBRE OÙ MOURIR 

repose en paix Lukengo

Posté par gsouleyka à 11:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le Cri de l'innocence

Spiritualité 

Le Cri de l'innocence c'est une histoire principale, celle de la Mulâtresse Solitude.

Les ramifications vont rapidement s'installer pour dévoiler des pans entier de la spiritualité africaine. La conception d'une vie après la mort, d'un jugement des âmes, d'un paradis, le tout antérieur au monotheisme des cultes abrahamiques. Pour bâtir un pont reliant les uns aux autres il fallait s'appuyer sur un socle de connaissance solidement établie. 

L'image d'un africain grimé en sauvage, ceinturé de paille, dansant frénétiquement au son d'un tambour est ancrée dans les esprits néophytes. Plus largement, même en Afrique on a tendance a relier à la sorcellerie des pratiques ancestrales.

Dans les îles c'est encore autre chose, les rites Vaudou, héritage direct de la spiritualité africaine, sont teintés de mysticisme et souvent associés à un charlatanisme aigüe.

Mon roman n'est pas une défense des croyances africaines mais plutôt une mise en pratique à l'aune de situation réelle. L'idée conductrice étant de réconcilier les uns avec leurs histoires et les autres avec un passé colonialiste qui aura renié largement cette dimension. La civilisation africaine est largement sous-estimée par manque de connaissance. "Le Cri de l'innocence" est une occasion singulière de pouvoir se rattraper.

Spirituality

 The novel is a main story, that of the Mulatto Solitude.

 The ramifications will quickly settle down to reveal whole swathes of African spirituality.  The concept of an afterlife, a judgment of souls, a paradise, all prior to the monotheism of Abrahamic cults.  To build a bridge connecting to each other it was necessary to rely on a solidly established base of knowledge.

 The image of an African made up wild, girdled with straw, dancing frantically to the sound of a drum is anchored in neophyte minds.  More generally, even in Africa there is a tendency to link ancestral practices to witchcraft.

 In the islands it is yet another thing, the Voodoo rites, a direct heritage of African spirituality, are tinged with mysticism and often associated with acute charlatanism.

 My novel is not a defense of African beliefs but rather a practice in the light of a real situation.  The guiding idea being to reconcile some with their stories and others with a colonialist past that has largely denied this dimension.  African civilization is largely underestimated for lack of knowledge.  "The novel is a unique opportunity to catch up.

Posté par gsouleyka à 11:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 février 2020

Le Cri de l'innocence

Olorun

Le Cri de l'innocence c'est l'histoire de la Mulâtresse Solitude mais pas seulement.

Comme vous le savez j'ouvre un volet spirtuel dans le cadre de la promotion du roman avant sa sortie prochaine. Un roman historique sur l'esclavage est toujours sensible à bien des égards car il en existe de très bon comme l'incontournable 'Racine" où "12 years a slave".

La production littéraire a quelque peu augmenté mais cela reste un défi de pouvoir proposer une histoire suffisamment intéressante pour susciter la réflexion quand au devoir de mémoire. Voila pourquoi j'ai introduit des le début du livre la spiritualité incarnée par Olorun mais aussi d'autres surprises en perspectives. 

Chaque apparition, entretien avec une entité au fil des chapitres est l'occasion de poser des questions, de réfléchir, d'obtenir des réponses sur des questions universelles.

Il me fallait rappeler que le premier Homme était noirs, loin des représentations d'Adam et Eve, et qu'il ne faut pas en rougir bien au contraire. L'affirmer comme dans cet extrait c'est rétablir une vérité souvent occulté.

L'humanité de ces entités est bouleversante et leurs point de vue vous laissera pantois.

Il s'agissait véritablement d'injecter de l'humanisme dans la perception difficile et douloureuse de l'esclavage, d'universalisme aussi. J'espère vous compter parmi les lecteurs très bientôt.

The novel is the story of Mulatto Solitude but not only.

 As you know, I am opening a spiritual part as part of the promotion of the novel before its next release.  A historical novel on slavery is always sensitive in many respects because there are very good ones like the essential 'Racine' or '12 years a slave'.

 Literary production has increased somewhat, but it remains a challenge to be able to offer a story that is interesting enough to provoke reflection when it comes to remembering.  This is why I introduced from the beginning of the book the spirituality embodied by Olorun but also other surprises in perspective.

 Each appearance, interview with an entity over the chapters is an opportunity to ask questions, to reflect, to get answers to universal questions.

 I had to remember that the first Man was black, far from the representations of Adam and Eve, and that we should not blush on the contrary.  To assert it as in this extract is to reestablish an often concealed truth.

 The humanity of these entities is overwhelming and their point of view will leave you speechless.

 It was really a question of injecting humanism into the difficult and painful perception of slavery, of universalism too.  I hope to count you among the readers very soon.

Posté par gsouleyka à 21:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le Cri de l'innocence

Histoire 

Notre livre "le Cri de l'innocence" s'inscrit dans la rubrique : Roman Historique.

A ce titre, il se doit d'être précis sur des faits ayant existé et suivre une chronologie crédible.

J'ai pu m'appuyer sur des travaux, des recherches de docteur en histoire ainsi que sur une documentation relativement riche en ce qui concerne le colonialisme français dans les Antilles. Néanmoins, dans un souci littéraire, afin d'accrocher le lecteur en proposant un récit qui va le tenir d'un chapitre à l'autre avec ce désir d'aller plus loin. Je me devais d'ajouter une touche romanesque, bâtir une histoire cohérente, présenter des personnages auxquels on s'attache en bien où en mal.

Mon procédé narratif consistait a placer La Mulâtresse Solitude en position de témoins direct avec la capacité de tout voir, entendre.

L'apport de la spiritualité africaine en la personne du Dieu Yoruba Olorun m'aura permis de développer encore plus d'aspects sans limite de temps. Je vous dévoile donc le premier visuel d'une série consacré à la spiritualité africaine. Dans celui-ci, il s'agit d'un des entretiens entre Solitude et Olorun, elle a beaucoup de questions et lui il en pose de façon détournée pour la faire réfléchir.

La Guadeloupe tire son nom d'une rivière d'Espagne "la Guadalupe" tirant son origine de l'arabe Oued El Oub qui signifie La rivière de l’amour. Oued el Oub avait été transformé en Guadalupe. c'est Christophe Colomb qui baptisera l'île ainsi qui originellement portait le  nom singulier de Karukera.

C'est dans le sang que ce baptême à eu lieu, les premiers habitants était les Kalinagos qui furent exterminés par des tribus nomades venant du Brésil et de l'actuelle Guyane : Les Arawaks. Ces derniers se sont durablement installés sur l'île et ont prospéré jusqu'à l'arrivée des colonisateurs qui n'ont pas cherché à les assimiler, seulement à les éradiquer totalement de l'île.

Tout au long du récit vous découvrirez autant d'informations à caractères historique permettant d'avoir des repères et de mieux comprendre des situations.

En attendant la sortie je poursuis les publications originales.

Force à vous

History

 Our book "The Cry of Innocence" falls under the heading: Historical Novel.

 As such, he must be precise about facts that have existed and follow a credible chronology.

 I was able to rely on works, research by a doctor of history as well as on a relatively rich documentation concerning French colonialism in the Antilles.  Nevertheless, for the sake of literature, in order to catch the reader by offering a story that will keep him from one chapter to another with this desire to go further.  I had to add a romantic touch, build a coherent story, present characters to whom we are attached in good or in bad.

 My narrative process consisted in placing La Mulâtresse Solitude in the position of direct witnesses with the capacity to see and hear everything.

 The contribution of African spirituality in the person of the God Yoruba Olorun will have allowed me to develop even more aspects without time limit.  I therefore reveal to you the first visual of a series devoted to African spirituality.  In this one, it is one of the interviews between Solitude and Olorun, she has a lot of questions and he asks them in a roundabout way to make her think.

 Guadeloupe takes its name from a Spanish river "the Guadalupe" originating from the Arabic Oued El Oub which means The river of love.  Oued el Oub had been transformed into Guadalupe.  it is Christopher Columbus who baptized the island thus which originally bore the singular name of Karukera.

 It was in blood that this baptism took place, the first inhabitants were the Kalinagos who were exterminated by nomadic tribes from Brazil and present-day Guyana: The Arawaks.  The latter settled permanently on the island and prospered until the arrival of the colonizers who did not seek to assimilate them, only to eradicate them completely from the island.

 Throughout the story, you will discover as much historical information allowing you to have bearings and better understand situations.

 While waiting for the release, I am continuing the original publications.

Posté par gsouleyka à 12:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :